Comment faire une bonne négociation immobilière? Les 3 étapes fondamentales.

L’immobilier locatif est l’un des moyens les plus simples et accessibles pour se créer des revenus complémentaires. Bien plus, il permet de devenir assez rapidement rentier immobilier afin gagner sa liberté financière. Et moi, je suis déjà dans ce processus puisque je veux devenir, dans un délai assez court, indépendant financièrement. Je partage donc avec vous mon expérience sur ce sujet. J’espère que cela vous donnera plus de motivation pour gagner votre liberté financière et pourquoi pas quitter définitivement la Rat race.

Un passage obligé

En matière de négociation immobilière, on le dit très souvent „Qui ne demande pas, n’obtient jamais rien“. Et bien, lors d’une opération d’achat de bien immobilier à usage locatif, il se trouve que vous soyez obligés d’engager des négociations. En effet, pour faire une bonne affaire, vous devez absolument négocier pour obtenir une réduction du prix d’achat du bien. Il en est de même pour l’obtention d’un meilleur taux d’intérêt d’emprunt auprès de votre banque. Dans ces conditions, il devient indispensable de bien choisir votre stratégie de négociation.

Méthodes de négociation

En fait, il existe plusieurs stratégies de négociation que vous pouvez utiliser lors de votre opération d’achat immobilier. Par contre, trois (3) étapes sont fondamentales pour aboutir à une bonne négociation et sauver par la même occasion beaucoup d’argent.

Etape 1: Trouver (ou plutôt créer) la bonne affaire

Avant même de penser à négocier le prix d’achat de votre bien locatif, il faut d’abord trouver la bonne affaire. Qu’est-ce qu’une bonne affaire en matière de location immobilière? Je dirais la bonne affaire c’est de pouvoir acheter le bien immobilier en dessous du prix du marché, à au moins de 20% du prix du marché. En réalité, la bonne affaire ne se trouve pas, mais elle se crée!

 Tout d’abord, commençons par la recherche du bien à acheter. Je vous conseille d’oser de poser les bonnes questions autour de vous. Demandez au voisinage de vous fournir des informations assez précises sur le bien immobilier lui-même et son environnement. Vous pouvez également faire cette démarche auprès des personnes qui ont déjà investi dans le même secteur. Vous pouvez par exemple demander s’il y a déjà eu des dégâts matériels ou encore si le quartier est bruyant le jour ou la nuit? Quelle est la classe d’âge moyenne des habitants de ce quartier? Y a t-il un hôpital ou un supermarché à proximité?

Ensuite, vous pourriez obtenir certaines informations importantes auprès des services publics ou municipaux. Ceci pour savoir s’il existe différents projets de développement en cours ou à réaliser dans le secteur. Par exemple, demandez s’il y aura une école ou université, ou encore une usine qui sera construite dans les années à venir, s’il n’y a pas encore, etc. Ce qui pourrait être intéressant par rapport à une éventuelle appréciation de votre bien dans le futur.

Enfin, pendant la visite du bien convoité, vous pourrez obtenir de précieuses informations directement auprès du vendeur ou de l’agent immobilier. Cette dernière personne est, à mon avis, la source idéale pour dénicher les bonnes affaires. D’une part, elle vous donnera la primeur d’une information capitale pour bien négocier. D’autre part, elle vous fournira les dernières informations concernant l’état actuel du bien. A ce niveau, je vous recommande de bien préparer les questions que vous souhaitez poser lors de la visite du bien. Cela vous permettra de connaître votre marge de manœuvre pour entamer une bonne négociation.

Lorsque vous est sûr d’avoir trouver la bonne affaire, passez à présent à la seconde étape.

Etape 2: Trouver le bon vendeur

Le bon vendeur c’est le propriétaire du bien immobilier qui acceptera de vous vendre son bien au prix que vous souhaitez. Il vous faut impérativement tomber sur ce bon vendeur avec qui vous pourriez négocier et faire baisser son prix. Pour ce faire, il vous faut lui poser les bonnes questions. Vous pourrez par la suite mieux adapter votre meilleure stratégie de négociation. C’est une étape déterminante dans votre opération d’achat. Pour ce faire, je vous ai préparé un petit questionnaire que j’utilise moi-même actuellement pour trouver le bon vendeur.

Questionnaire pour mieux négocier :

  1. Depuis combien de temps le vendeur est-il propriétaire de son bien? Cela vous permettra de savoir si le vendeur a fini de payer son prêt immobilier ou pas. Bien plus, vous saurez s’il peut baisser son prix. En général, s’il est propriétaire depuis plus de 10 ans alors il vous sera plus facile de négocier.
  2. Depuis quand le bien est-il mis en vente? Cela vous permettra de savoir si le vendeur est pressé de vendre ou pas.
  3. Combien de vendeurs y a t-il au total? Cela indique s’il s’agit d’une succession ou d’une donation et s’il vous faudra négocier avec plusieurs vendeurs à la fois.
  4. Pourquoi vendre ce bien maintenant? Ceci pour découvrir la vraie raison qui pousse le vendeur à se libérer de son bien. S’agit-il d’une raison émotionnelle ou pas?
  5. Y a t-il déjà eu des offres et pour quels montants? Sinon, pourquoi n’y a t-il pas encore eu d’offres? Ceci vous aidera à vous fixer des limites de montants à proposer de lors de la négociation.

Toutes les réponses à ces différentes questions vous aideront à trouver le bon vendeur. Alors demandez et vous recevrez! Enfin, voyons ensemble la dernière étape à suivre pour faire une bonne négociation.

Etape 3: Bien préparer votre stratégie de négociation

C’est l’étape fondamentale.  Elle vous permettra de trouver les meilleurs arguments pour convaincre le vendeur de vous vendre son bien au prix que vous souhaitez. Il vous faut donc bien la préparer. Voici comment moi je procède.

  • D’abord, établissez votre budget pour l’achat du bien en s’assurant de ne pas dépasser vos limites. C’est très important de rester rationnel dans l’élaboration de ce budget pour ne pas acheter le bien au prix du marché, voire même au-delà!
  • Ensuite, proposez un prix en fonction des informations recueillies plus haut. N’ayez surtout pas peur (ou honte) de proposer un prix dans l’ordre de 10 à 30% en dessous du prix demandé. Tout compte fait, vous avez toujours la possibilité de l’augmenter en cas de besoin.
  • Demandez au vendeur de vous proposer un prix (afin de savoir s’il peut réellement baisser son prix). Poussez-le à vous faire des contre-propositions afin de vous maintenir dans la course!
  • Enfin, restez courtois et sympathique tout au long de la négociation, en montrant au vendeur que vous manifestez de l’intérêt pour son bien. Croyez-moi, il vous fera facilement quelques rabais.