Le développement personnel, gage du succès dans les affaires.

Nous nous demandons bien souvent pourquoi certaines personnes réussissent beaucoup plus dans les affaires que d’autres. Sont-elles plus chanceuses ou plus intelligentes ? En fait, je dirai que l’on pourrait trouver une explication à cet état de fait dans les écritures saintes, en faisant plus précisément référence à la « Parabole des talents ».

Dans cette histoire, on nous dit qu’un maître partant pour un long voyage, a confié une partie de ses biens à trois de ses serviteurs selon leurs capacités. Le premier a reçu cinq (05) talents, le second en a reçu deux (02) et le troisième un (01) seul. Malheureusement, ce dernier a été incapable de faire fructifier ce qu’il a reçu. A son retour de voyage, le maître l’a sévèrement puni en le traitant de serviteur mauvais et paresseux. A l’inverse, il a félicité les deux premiers qui ont pu gagner doublement les sommes reçues.

L’on pourrait être tenté de dire que le maître a été injuste dans la répartition des talents. En réalité, je ne voudrais pas m’aventurer dans une longue explication théologique à cette histoire des talents. Mais, je souhaiterais sagement en tirer cinq (05) leçons essentielles pour un meilleur développement personnel, gage du succès en affaires.

1- Changer de mentalité

Il y a une question très importante à se poser, à savoir : qu’est-ce que je peux faire aujourd’hui pour changer la direction de ma vie ? En effet, il est universellement admis que les éléments fondamentaux de notre planète n’ont presque jamais changé depuis plus de six (06) millions d’années. Et on peut bien s’imaginer qu’ils ne vont pas drastiquement changer dans les six (06) millions d’années à venir. La terre restera toujours ronde et le soleil s’élèvera toujours à l’est pour se coucher à l’ouest. De même que le jour précède toujours la nuit, après la pluie vient le beau temps.
Donc, une seule réalité s’impose à nous dans la mesure où les lois de la nature ne vont assurément pas changer. Il faudra par conséquent opérer un changement radical de mentalité, sans attendre que cela se fasse de l’extérieur.

Cette réalité s’impose aujourd’hui à nous africain(e)s. Elle nous oblige à changer notre vision du monde en général et de notre continent en particulier. Arrêtons de toujours blâmer l’occident. Sachons plutôt apprécier toutes ces richesses dont la divine providence nous a gratifiés. Cette répartition des richesses a été soigneusement faite selon nos capacités. Mettons-nous sérieusement au travail afin d’améliorer nos capacités à créer une Afrique plus riche où il fait bon vivre.

2- Savoir saisir les opportunités

Les meilleures opportunités en affaires sont rares et passent vite. Il faut donc apprendre à les saisir très rapidement. Personne ne le fera à notre place ! Raison pour laquelle nous devons nous efforcer de changer de mentalité et non attendre passivement que les bons business reviennent à nous. Pour réussir en affaires, il faut préalablement avoir à l’esprit que l’entrepreneur est la pièce maîtresse sans laquelle son business ne peut connaître un véritable succès.

Arrêtons de trouver des excuses en accusant toujours les autres de ne pas nous donner l’opportunité de réussir dans la vie. Saisissons plutôt le peu d’occasions que laissent ceux qui ont la main mise sur nos économies africaines. Selon la parabole des talents, les deux premiers serviteurs ont très rapidement saisi la rare opportunité que leur a offerte le maître. Nul ne sait s’ils ont été choisis par hasard ou plutôt selon leur prédisposition à bien gérer.

On retient tout simplement qu’ils ont su saisir l’occasion qui leur a permis de faire valoir leurs talents. Ils ne se sont pas plaints de la bonne ou mauvaise distribution des biens comme l’a fait le troisième serviteur. Ils ont plutôt mis en avant leur savoir-faire et démontré ainsi qu’ils pouvaient créer une plus-value.

3- Créer de la valeur ajoutée

Ici la question qui se pose est de savoir comment créer de la valeur ajoutée à partir de ce qu’on a (ou ce qu’on croit posséder) ? Pour mieux répondre à cette interrogation, je vous propose un exemple tout simple. Prenons deux (02) entrepreneurs qui travaillent dans le même secteur d’activité, dans des conditions de temps et de travail similaires. En fin d’année commerciale, l’un dégage un bénéfice trois plus élevé que l’autre. Comment est-ce possible ?

A mon humble avis, cela s’explique par la volonté de créer de la richesse. Cet entrepreneur talentueux a sans doute compris qu’il fallait d’abord compter sur ses propres forces pour développer des idées. Ensuite, vient la mise en place d’une stratégie efficace pour faire des profits. En effet, la recherche de bonnes idées permet de dénicher des opportunités d’affaires et de connaître les meilleures pratiques pour atteindre le succès. Sortons donc de l’ignorance et approprions-nous toutes les sources d’information et formation. Cela nous permettra d’apprendre comment réussir dans nos business en partant du bas de l’échelle.

Revenons encore à notre histoire des talents. On remarque bien que le malheureux serviteur s’est abstenu de chercher à savoir comment il pourrait faire fructifier l’unique talent qu’il a reçu, sous prétexte de le perdre. Pire, il n’a pas pensé à solliciter l’aide de son entourage afin d’avoir des idées pour mieux gérer le bien qui lui a été confié. Il s’est simplement résolu à l’enterrer quelque part. Or, ce qui n’est pas utilisé perd indéniablement sa valeur et est amené à disparaître !

4- Protéger ses acquis

Développons et préservons ce que nous savons faire le mieux. Le meilleur moyen d’y arriver, c’est en prendre soin. Il faut absolument apprendre à prévenir les difficultés à venir. Cela passe nécessairement par la mise en place d’un système de gestion. Celui-ci permet de générer toujours plus de profits à partir de toutes les ressources existantes.

En fait, cela consiste à diversifier les sources de revenus afin d’accumuler des gains qu’elles que soient les risques de perte. C’est la meilleure stratégie pour protéger de ses acquis ! Plus on crée des richesses, plus on se met à l’abri des éventuelles pertes susceptibles impacter négativement ses revenus. Ce que n’avait pas compris le serviteur jugé mauvais et paresseux.

Approprions-nous plutôt l’attitude de nos deux serviteurs talentueux. On nous dit qu’ils ont « gagné » deux (02) fois plus que ce qu’ils ont reçu. La volonté de gagner, c’est cet état d’esprit qui doit habiter toutes nos communautés africaines. Gagner en innovation et en créativité. Mais gagner aussi en temps et en rigueur. Gagner enfin en discipline et en maturité !

5- Assumer ses responsabilités

Il faut assumer la pleine responsabilité de tout ce qui pourrait arriver dans la vie. Arrêtons de justifier nos échecs en faisant porter le chapeau aux autres, notamment aux étrangers, aux riches, à nos gouvernements africains, au mauvais temps, aux sorciers et sorcières, etc. En effet, la misère et la corruption minent nos sociétés africaines, pourtant certaines personnes réussissent brillamment dans leurs business. Comment est-ce possible ?

Seule la maturité d’esprit permet de comprendre que nous sommes maîtres de notre destin et de l’orientation que nous souhaitons donner à notre vie. Sur ce point, je vous invite à méditer encore une fois cette parabole des talents. Il est dit que le troisième serviteur a, entre autre, justifié son inaction par le fait qu’il a eu peur de subir la fureur de son maître. Au lieu d’admettre son manque d’initiative et de prise de risque, il a plutôt choisi de le blâmer.

A partir du moment où nous aurons compris que tout peut arriver, autant à nous qu’aux autres, nous aurons fait un grand pas vers la maturité. En fait, sachons que nous avons le pouvoir de changer notre situation personnelle et financière. Il nous suffit simplement de prendre la décision de croire en nos talents puis les fructifier; cela, pour notre propre bonheur et celui de nos familles. Bien plus, nous serons capables de produire beaucoup plus de fruits que nous ne pouvons imaginer. Et pourquoi pas, apporter notre soutien moral et financier aux personnes les plus défavorisées de nos communautés africaines.